Fidélisation, étoiles et champignons

Publié le par Folzebuth

Laissez-moi vous parler du programme de Nintendo visant à récompenser/féliciter ses clients pour l'achat de jeux sur leur console.

Lorsque tu achètes un jeux, tu as dans le boîtier une carte avec un n° dissimulé sous un rectangle gris argenté, à gratter, un peu comme sur les tickets de la française des jeux tu vois, genre le truc qui te dit "chouette, tu as gagné". Tu dévoiles alors avec ton ongle un n° de série, qu'il te faut entrer dans une page web de chez Nintendo, après t'être préalablement inscrit au club du même nom.
Je me suis renseigné de ça de là sur le web, et appris que suite à ses achats, il y avait possibilité de convertir les points ou étoiles ou que-sais-je en jeux téléchargeables directement sur la console ; de ces jeux qui ont nourrit mon enfance, tels Donkey Kong ou Mario Bros. Une larmiche de nostalgie perlant dans mon regard juvénile d'éternel pré-ado, c'est donc avec un enthousiasme certain que je pianotais mon inscription sur le « club nintendo », tout en fantasmant à l'avance sur la ou les vieilleries vidéo ludiques que j'allais m'offrir avec mes points, d'autant que j'avais 4 jeux à enregistrer (Noël étant passé par là) !!!

Après saisie desdits jeux, avec obligation après chaque enregistrement de répondre à un questionnaire pénible (et où qu'il l'a acheté le jeux, et comment il l'a connu, et pourquoi, et quand ?), ce n'est pas sans une certaines excitation juvénile que je comptabilisais 1200 étoiles !!!
YES ! 1200 !!! Je vais me gaver. Que milles louanges soient adressées à cette généreuses compagnie qui sait comment récompenser des années de loyauté, Dieu existe finalement et il a une casquette rouge de plombier.

Bon, il y a eu comme qui dirait un désenchantement cruel lorsque je réalisais que les étoiles acquises grâce à l'achat de jeux en magasin n'ont rien à voir avec les points permettant d'acheter les mini-jeux sus évoqués... avec toutefois un mode de conversion possible.
Rien de grave en soi vous me direz, m'accusant par là même de vouloir dramatiser outrancièrement ce que je réfute, sauf que le système de conversion des étoiles en Wii points comme y disent fonctionne selon le barème de la maudite division par 4.
Bon... c'est l'jeux ma pôv lucette m'a-t-on appris, alors il clique. Boum... 300 Wii points ! Yes, à moi les jeux de mon enfance, les gros pixels aux couleurs criardes et les musiques 8 bit, les sauts sur des tortues en avalant des champignons gros comme moi, la chasse aux goules en armure, le sauvetage de princesses dans les griffes de babouins psychopathes...

 

 

 

 

Bon, le deuxième goût amer en bouche fut que le moindre petit jeu à l'achat en points coûte minimum 500 Wii points.
C'est là que j'ai commencé à m'agacer un peu.

Il faut savoir que l'on peut tout à fait acheter des Wii points avec sa CB toute classique, en ligne ou en magasin, le tarif étant simple : 100 points = 1€

Donc on résume : tu lâches entre 150 et 160 euros dans l'achat de 4 jeux qui te rapportent un bonus (OK, ils n'étaient pas obligés de le faire), bonus qui, une fois gratté, enregistré, développé sous forme d'étoile (1200), converti en Wii points (300), pèse en valeur numéraire 3€, soit 0.75€ par jeux.

 

 

Il n'y a pas de mots en français alors j'en utiliserai un anglais ; c'est « cheap » je trouve.

 

 

Autant en valeur argent, je n'attends pas qu'une boîte aussi colossale que Nintendo fasse des efforts et des remises sur des jeux récents qui ont dû demander des heures de développement et qui sont tout nouveau sur le marché, autant la réexploitation à l'infini de titres épuisés, 1000 fois amortis et rentabilisés en misant sur la nostalgie et l'inconséquence pécuniaire de sa clientèle geek pour lui extorquer quelques sous supplémentaire, je trouve cela assez minable.
Que de nouveaux jeux soient vendus en ligne, de conception assez sommaire, à des prix attractifs, je le comprends.
Que la boîte japonaise soit pingre au point de ne même pas offrir un petit jeu de 20 ans d'âge (20 piges pour un jeux de console correspond grosso modo à la découverte de la roue pour les bagnoles) pour l'achat d'un de leur titre actuel facturé 40 ou 45€, je trouve cela mesquin, chiche et motivé par le profit vorace, systématique et déraisonné.

C'est à cause de mentalité comme celle-ci que beaucoup de gens « piratent » tout aujourd'hui, y compris les jeux.
A force de se faire taper dans la bourse de manière frénétique, on finit par la mettre à l'abris sans pour autant rennoncer à se faire plaisir.

 

 

 

Ce blog à aujourd'hui 3 ans.

Je ne pensais pas tenir aussi longtemps pour être honnête, étant du genre à me lasser vite de toutes choses (en dehors de ma femme).

C'est reparti pour une année supplémentaire ; voyons combien de temps cela va durer.

Publié dans Constat dépité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

noum 09/03/2009 09:02

haaappy birthday tooo yooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuuu! happy birthday to yyoouuuuuuuuuuuuuuuuuuu!sinon même chose que précédement j'ai même pas de console à la maison rien nothing nada je suis out:-)

Folzebuth 11/03/2009 10:05



A en juger par ce constat, comme celui de no, la cible vidéoludique demeure donc sensiblement
masculine les années passant.



no 07/03/2009 11:25

bon anniversaire au blog!! par contre si j'ai pris plaisir à lire ton article j'avoue qu'il m'évoque peu de choses, (n'étant absolument pas concernée par le sujet) si ce n'est le souvenir d'un ex petit ami qui avait essayé de m'initier à mario (j'aimais bien mais j'allais pas loin c'est méchant une tortue)

Folzebuth 11/03/2009 10:00



Ma fille non plus ne va pas bien loin à Mario. Surement un truc lié au chromosome
Y...