Elevage et gastronomie

Publié le par Folzebuth

miam-copie-1.jpg

 

"Tu as de la chance, toi, tes enfants mangent bien à table (comprendre de tout), ils ne sont pas compliqués".

 

Étonnant de voir comment cette phrase, se voulant flatteuse et ayant le goût et l'odeur du compliment, n'atteint pas son but en ce qui me concerne, mais, sans aller jusqu'à dire "au contraire", me laisse comme une aigreur dans l'arrière-gorge que j'ai du mal à déglutir... alors du coup je régurgite et bredouille un truc du genre :

 

"Non mais tu sais, heu, c'est pas franchement de la chance, mais plus un travail de fond, tu vois..."

 

Parce que mettre sur le compte du "bol" le fait que nos 3 gosses soient peu compliqués à table, je le vis personnellement comme la négation absolue de tout le travail fait en amont par mon épouse et ma gueule pour que "ça" mange à table, et quand je vois l'EN-FER que cela peut être parfois, les colères dans lesquelles il faut se mettre, souvent à 2, les pleurs qu'il faut subir, pour faire avaler trois cuillerées de petits-pois !!!

De la chance ? 3 gosses, 3 fois de la chance, dingue n'est-il pas ?

 

Alors à toi qui me lis et qui ne me connais pas, ou qui me connais peu, ou qui me connais trop...

 

NON,

Avoir un gosse qui mange bien à table n'a rien, strictement rien à voir avec la chance, le bol, la veine, la baraka, la choune, la bonne fortune, le hasard, ou l'aubaine !!! Pas plus qu'un gosse qui dit "merci", qui met la main devant la bouche quand il tousse, qui dit "bonjour à la dame" et qui dit "pardon" quand il vient de bousculer quelqu'un, ne relève du fruit du hasard, du destin ou de la génétique.

 

Le goût, c'est comme parler, marcher, être propre, écrire ou chanter, ça s'apprend, ça s'éduque, ça se peaufine et se perfectionne.

C'est une page blanche sur laquelle les parents écrivent, progressivement, au fil des mois, en introduisant peu à peu divers ingrédients au fil des préconisations pédiatriques et des coutumes culinaires locales.

Les réactions de rejets de l'enfant sont parfaitement normales, il faut simplement les contrer, fermement, diplomatiquement, en négociant, afin que chaque aliment ait droit à sa chance, à chaque saveur le droit de s'exprimer une première fois, puis une seconde quelques temps plus tard, pour passer du stade de "nouveauté" à celui "d'acquis".

 

Des gosses thaïlandais vont manger des plats épicés qui nous emportent la tronche à nous, ils ont été éduqués ainsi. D'autres mangent des insectes, ou du poisson cru agglutiné à du riz, des abats saignants, du chien, du chat, n'importe quel animal à poil ou à plume, archi cuit ou complètement cru, certains mangent des pâtes fraiches, d'autres ignorent qu'il en existe autrement qu'en conserves. Des gosses croquent de l'ananas dès qu'ils ont 3 dents, d'autres mangent des fraises en plein champs. Ca mange des rhizomes, des tubercules, des racines, des feuilles, des fleurs, des fruits, des graines... ici on cuisine au sel, là au gingembre, au cumin, au piment d'Espelette, avec des clous de girofle, de la cannelle, à l'huile ou au beurre... ...ça déguste des fromages au lait cru, pasteurisés, avec des vers, des qui puent l'enfer, certains qui ne sentent rien mais qui piquent la langue, du Kiri, du Babybel !

Certains prennent même du plaisir à manger du salsifi !!! (j'ai goûté, c'est dégueulasse).

Salsifis 4-copie-1

Et à tous ces gosses on leur a demandé leur avis ?

Non.

Dans les 3/4 des pays de cette planète de toute façon, c'est "ça ou rien, toute manière y-a rien d'autre à manger"

 

 

miam encore-copie-1Qu'est-ce que les parents ajoutent la plupart du temps après avoir confessé que leur enfant n'aime pas grand chose ?

 

A/ ..., c'est comme ça.

B/ ..., on a pas eu de chance.

C/ ..., on a juste pas envie de se faire chier à les forcer à manger, la journée à été longue, le repas du soir ne doit pas être un moment de prise de tête.

 

Je te laisse le soin d'imaginer quelle réponse est la plus honnête à mon goût.

 

De la chance ???

 

Morceaux choisis

Il a recraché son bol alimentaire sur son bavoir ? On racle et on ré-enfourne.

Elle a jeté par terre ? On gueule, on ramasse, et on ressert.

Il s'obstine à fermer la bouche, on patiente devant avec la cuillère jusqu'à ce qu'il l'ouvre.

Elle fait trainer, on gronde.

Il geint, fait une comédie improbable et boude. Il va manger au garage.

Le "j'en veux pas", est banni. Ce n'est pas, "tu en veux ou pas", c'est "tu en veux un peu, moyen ou beaucoup ?".

 

Quand je vois l'énergie déployée régulièrement, la diplomatie, les menaces, les félicitations, les compromis, le chantage même (oui parfaitement), et ça 1 repas sur 2 ! Parce qu'avec 3 gosses entre 0 et 10 ans, sauf à leur faire jambon nouilles à tous les repas, statistiquement, tu auras ton refus quasi quotidien.

 

 

Intégriste de la bouffe à table ?, Oui, certainement.

 

Mais par les couilles du diable, NON ce n'est pas de la chance, c'est le résultat d'un putain de boulot !

 

 

 avatar-cacaloule100.png

Publié dans Agacement léger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xdc-S@nCh 29/10/2012 17:03


Bon sang, plus je te lis et plus je t'aime...


Voir une demi molle.


 


Mais que c'est bon de ne pas se sentir seul.

Folzebuth 01/11/2012 11:28



Moi aussi je t'aime, mais chut, nos femmes ne se doutent de rien