Demande officielle à not' Président

Publié le par Folzebuth

Je vais la faire courte

 

Après avoir eu vent du cas de Ounoussou Guissé, militaire engagé, né au Sénégal mais français par son père, se voit contester sa nationalité.

Voir ici


Après avoir entendu parler du cas de Tatiana de Rosnay, romancière à qui on demande de prouver son identité après un mariage de 22 ans avec un Français, et être née de mère Française…

Lire absolument ici


Sans parler des centaines d’anonymes dont les cas ne sont pas rapportés par les journaux…


Je demande très solennellement que M. Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, 23ème président de la république française, né de Paul Sarközy de Nagy-Bocsa ressortissant Hongrois, apporte publiquement les preuves attestant de sa nationalité, charité bien ordonnée se devant de commencer par soi-même.

Je lui demande de se rendre dans les plus brefs délais au Pôle de la nationalité française pour y démontrer qu’il est bien Français (comment ? Je m’en fous, il se démerde). Dans l’hypothèse où il ne serait pas en mesure d’apporter des preuves suffisantes, je l’invite à restituer son passeport, se tenir à la disposition de M. Eric Besson, et rendre les clefs de l’Elysée dans la mesure ou je rappelle que pour être président, il faut avoir été candidat, que les candidats doivent être agés de 23 ans ou plus, être électeurs, et qu’en qualité d’électeur, celui-ci doit être français. Détails ici

Pas de nationalité, pas d’Elysée.

 

Je vous rappelle les coordonnées du Pôle de la nationalité française de Paris :

28 rue du Château des Rentiers – Entrée 30 rue du Château des Rentiers

75013 Paris

M° Olympiades / M° Porte d’Ivry

Bus 83, arrêt Marcel Duchamp

Tramway T3 Porte d’Ivry

 

 

Réception du public sur rendez-vous pris par téléphone

De 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

Tél. : 01 44 32 92 90 ou 01 44 32 92 92

Courriel : pole-natio.ti-paris01@justice.fr

 

Une précision, M. Sarkozy, pour le cas où vous auriez déjà un document attestant de votre nationalité française, et là je cite le Pôle :


Cette structure est désormais la seule habilitée à recevoir les nouvelles demandes, à instruire les dossiers et à délivrer les certificats de nationalité française ou déclarations de nationalité française (par mariage ou hors mariage) :

 

• quel que soit votre arrondissement de résidence dans Paris ;

 

• et même si votre tribunal d’instance de résidence vous a délivré dans le passé, à vous-même ou à un membre de votre famille, un certificat ou une déclaration de nationalité française.

 

D’ailleurs, tant que je vous tiens, j’ai une suggestion à faire.

Maintenant que nous avons un Ministère de l’identité Nationale, ainsi qu’un Pôle de la Nationalité, ne serait-il pas envisageable de faire en sorte que les non-français soient plus identifiables, étant entendu que de plus en plus de non-français ont le mauvais goût d’être blanc. Je ne sais pas moi, un truc à coudre sur les vêtements, un tatouage, je laisse parler votre imagination.

 

Face à ce dernier sarcasme, je ne résiste pas au plaisir de m'auto-gratifier d'un bon point...





Publié dans Colère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xdc-S@nCh 26/10/2009 19:20


Quand tu es en cannes comme ça, je t'aime.




Folzebuth 26/10/2009 19:30



Merci ma poule.



Noum 20/10/2009 13:05


çà aussi c'était très bien . merci. sinon je voulais savoir comme t'as l'air bien renseigné. Pour les colonisés de troisième génération y'a un truc de prévu ou bien ?


Folzebuth 20/10/2009 16:36



Nan... mais je suis sûr que c'est à l'étude...



Stabbquadd 20/10/2009 09:53


Un bon point peut-être mérité, mais qui appelle alors a une distribution massive au sein des différents pouvoirs régissant notre nation. Autant de paperasse, certains risque de souffrir des
articulations.

PS : il va sans dire qu'au bout de dix bons points, un certificat de nationalité vous sera gracieusement offert par votre ministre dévoué...


Folzebuth 20/10/2009 16:37



De mon temps (oui, j'aime bien parler comme les vieux), au bout de 10 bons points on gagnait une
image.








C'était mieux Âvant.