Joyeux anniversaire Merci Salut

Publié le par Folzebuth

Il faut s’amuser de petites choses, rire de tout, et ne jamais cesser d’essayer de comprendre le pourquoi des choses, mêmes lorsque toute forme de logique semble absente.

Ainsi, on trouve un peu partout sur internet de nos jours, des interfaces permettant de pratiquer l’envoi de SMS sans avoir à pianoter le message sur son portable, tant il est vrai que le clavier à douze touches de ce dernier souffre d’un manque évident de commodité pour la saisie rapide de messages cruciaux tels que "On nique ?" ou "Rapporte du pain" ou encore "Va chier pourriture communiste".

Et donc pas plus tard qu’il y a pas longtemps, me rendis-je sur le site de mon opérateur mobile pour faire usage du service d’envoi de SMS, pour les raisons pratiques concernant la saisie évoquées plus haut, mais également parce que l’opérateur m’offre gracieusement 1 SMS par jour vers le destinataire de mon choix, tant que ce dernier fait partie de la tribu de ce même opérateur (qui ne perd pas le nord donc).
Ce type de service proposé affiche une interface tout simple où l’on retrouve un espace de saisie pour le n° du destinataire, suivi d’un champ libre plus vaste pour le corps du message, et c’est d’un élan placide que je m’apprêtais à remplir les-dits champs lorsque mon attention fut captée par une rubrique insolite positionnée légèrement sur la gauche de l’écran… un menu déroulant… un menu déroulant avec comme accroche présélectionnée l’intitulé « Mots pratiques ».
Étant d’un naturel curieux et faisant fi de toute prudence, j’actionnais le bouton dérouleur afin de voir ce qui se cachait derrière cette appellation intrigante.
A ce stade de mon exposé dont l’intensité narratrice atteint un point culminant rarement égalé dans l’histoire des récits d’anecdotes plates, je te laisse cher lecteur prendre connaissance du contenu en question :
















J’ai dû l’espace d’un instant ressembler à s’y méprendre à un gibbon cendré devant une machine à café Senseo…
Je ne saisis pas à quoi peuvent bien servir ces bouts de phrases, pas plus que je n’arrive à capter les critères ayant conduit à choisir ces bouts de phrases plutôt que d’autres…

Que la fainéantise de certains les conduise à cliquer dans un menu déroulant pour y sélectionner un propos plutôt que de l’écrire, je vois l’idée, mais comment faire une phrase correcte en poussant cette logique jusqu’au bout ?

Rappelle moi Quand est-ce … Joyeux anniversaire !

Salut Rendez-vous à Bouffe à la maison

Bonne fête Je suis occupé Comment vas-tu


Impossible. Force est de se rendre à l’évidence que la syntaxe souffre cruellement de hachements poussifs et autres travers incongrus que l’on ne rencontre usuellement que chez l’enfant en très bas âge, les malades d’Alzheimer ou les électeurs d’extrême droite (fort heureusement, on ne peut pas être les 3 à la fois).

L’auteur va donc être obligé s’il ne veut pas passer pour un psychopathe auprès du destinataire, de rédiger au clavier azerty une partie du message, celle précisément non existante dans le menu déroulant, et donc, le drame, faire des fautes d’orthographe.

D’autre part, j’aimerais bien connaître les critères ayant conduit à une telle liste de phrases – sans doute une supposée récurrence des expressions en question dans le langage écrit de nos contemporains équipés de mobiles ?
Si tel est le cas, où est passé le « Je t’aime » bordel ?
Où est le « C’est quoi le code ? » pour franchir l’interphone récalcitrant d’un proche.
Où est le « Je te quitte » des courageux et des princes Anglo-Saxons goujats adressés à leur désormais ex petite amie ?
Où sont les « Pense à faire des courses », « Ramène du pain » et le « Plan ciné ce soir ? »
Si un hurluberlu a décidé de manière individuelle et non-consultative d’insérer «
J’ai un problème », « Bonne fête » et « Bouffe à la maison », ne peut-on pas de façon tout aussi exclusive et égoïste voir apparaître « 1 Perrier tranche, 1 grenadine et 1 Ricard », ou « J’ai une irritation, ramène de la pommade », ou encore « Gros con de garagiste, que le cul te pèle ; signé Tu-sais-qui ».
Bon OK c’est ciblé, mais ça a au moins le mérite d’être complet et utile à un moment précis.

Va répondre à quelqu’un par SMS avec leurs bouts de phrase débiles :

"Ca y est, j’ai fait le test ce matin, je suis enceinte mon chéri. Content ?"
D’accord

"Je crois que notre relation est au point mort"
Bouffe à la maison

"Chienne de vie ; je crois que je vais en finir"
Comment vas-tu
Bonne fête

Donc si quelqu’un peut me répondre et m’éclaircir sur ces points cruciaux que je soulève, d’avance merci.

Folzebuth.

(J’ai une productivité dans la bêtise ce mois-ci, je n’en reviens pas…)

Publié dans Constat dépité

Commenter cet article

Djé 19/04/2007 10:34

Ce qui m'atterre, ce que la communication devienne de plus en plus électronique, et de plus en plus automatisée !Je veux dire par là que déjà, au lieu de discuter de tout ça à la terrasse d'un café autour d'une mousse fraiche à l'ombre d'un platane, je tapote sur mon clavier, seul dans mon bureau, face à un écran au regard bovin.....Si maintenant, cette part restante d'humanité dans ces échanges électroniques (c'est à dire la petite part créative dans le choix de mes mots, de mes expressions, et la tentative d'y passer quelques émotions) sombre au profit de list-box merdiques qui vont me pré-macher ma phrase, alors là, c'est la fin de tout...D'accord, notre vie d'urbain en sur-activité nous oblige à en passer par ces formes électroniques de communication. Et en plus, je peux discuter avec un copain à Singapour et un autre à New-York dans la minute qui suit. Mais franchement, comment je fais pour me faire un pot à Singapour si je n'y vais pas ! Et pourquoi aller à Singapour alors que j'ai déjà des pots dans ma ville, mais que je ne vois que 3 ou 4 fois par mois...La liberté d'expression est sans doute une des dernières liberté qu'il nous reste. Faut voir, j'sais plus... Mais si on nous la bouffe, ou si on la met en "bouteille" dans des listes pré-établies par un robot (oui, un robot, qui va simplement "scanner" la liste des mots les plus cités dans les SMS, et pondre une liste constituée des 15 premières expressions), alors là, je dis stop !!!!!!Fais sauter tes chaines, libère-toi, exprime-toi, quite à faire des fautes (tant pis, on engueulera ton prof de français... ;-) mais surtout ne tombons pas dans le piège de la digestion de l'individu au profit de la "masse bovine" !On pourrait en dire autant sur ces cartes de voeux et anniversaires toutes faites sur internet. Adieu la créativité, l'originalité, l'individu. Bonjour la mono-culture !Et hop ! on dérive sur l'impérialisme de la culture américaine, ou occidentale, qui digère peu à peu les cultures des pays qui ont failli émerger...Bon, je m'énerve, c'est pas bon pour ma tension....En conclusion, cher auteur de ce blog, je compte bien partager une petite mousse fraiche sur ta terrasse, à l'ombre d'un platane (ou un autre arbre, peu importe..., et même si c'est un Ricard, ça ira aussi  ;-))P.S. : j'ai laissé quelques fautes dans ce texte, exprès (si, si !) pour montrer que ça n'a pas été écrit par un robot à la con (et puis comme ça, je suis "dédouané" !!!  ;-)) Rusé, hein ?à très bientôt,Le Djé

San Defez 19/04/2007 07:26

"(J’ai une productivité dans la bêtise ce mois-ci, je n’en reviens pas…)"
Moi non plus j'en reviens pas... Qu'est ce que t'as fait de ta famille ??? Ca y est les choses sont revenus dans l'ordre c'est la femme qui s'occupe un peu ??? (allons, un peu de misogynie ne fait de mal à personne)
Keep on writting like this, it makes me laugh !!!