Mc Forget

Publié le par Folzebuth

Salut cher lecteur,

En guise de reprise, je te propose un courrier posté ces jours-ci au McDo du coin (le nom de la ville ayant été soigneusement crucifié par mes soins)







A toute personne en charge du bon fonctionnement du service à l’établissement Mc Donald, à XXXXXXX.




 

Madame, Monsieur,

 

           Je prends mon clavier et quelques minutes de mon temps pour vous faire part d’une anecdote survenue il y a de ça 1 mois et demi, anecdote dont le caractère commun et répétitif fait qu’elle aura sans doute été oubliée dans le quart d’heure par le personnel en casquette qui l’aura vécue, mais qui de mon point de vue de client, m’aura fait monter la température à des sommets que peuvent envier n’importe quelle grippe.

 

Les faits :

Je me suis présenté au "drive" de votre établissement à 11h32, ceci étant une estimation calculée à rebours sur la base de l’heure affichée sur le ticket de caisse en sachant que j’étais le seul véhicule à cette heure là (mais ça n’allait pas durer) et que ma commande ainsi que le paiement furent rapides.

Le drive présente cette commodité de récupérer les produits directement dans sa voiture pour les manger chez soi, avec une garantie de service rapide, les articles y étant délivrés en priorité car une seule caisse y est affectée, contrairement au service en salle. Servir le "drive" est donc une priorité afin d’éviter tout engorgement automobile ; je tiens cette information de ma propre expérience, ayant par le passé travaillé dans votre établissement.

 

Arrive le moment tant attendu de la livraison des produits…

La jeune personne qui me tend les poches m’avise, et les habitués de votre enseigne qui me liront* pourront témoigner du côté régulier de la chose, qu’il manque un article. Dans la foulée, elle m’invite à me diriger vers un emplacement réservé aux commandes en attente, ce qui d’ailleurs corrobore mon précédent propos sur la fréquence à laquelle les articles font défaut, c’est qu’une place est dédiée pour les y attendre…

Bref.

Peu enclin à contrarier mon prochain d’une manière générale, et dans un élan d’empathie confraternelle avec cette personne dont j’occupais la place il y a de ça 12 ou 13 ans, j’obtempérais sans mots dire et me stationnais sur ledit emplacement.

 

Là où le bât blesse, c’est que j’y suis resté 20 minutes.

 

Le temps est une notion toute relative.

20 minutes dans un parc de loisirs, c’est très court.

20 minutes de sommeil dans une nuit, c’est très court.

Avec 2 enfants dans la voiture, en plein soleil du mois d’août, 20 minutes, c’est très long.

 

Je suis sorti à 2 reprises de mon véhicule pour rentrer dans votre établissement, faire la queue à gauche des caisses derrière ceux qui attendent leur café, pour me manifester et me rappeler au bon souvenir de votre personnel devenu fébrile car midi et son rush approchaient.

Ayant, lors de ma deuxième sortie, réussi à récupérer ma pitance, avec une mine fort peu amène je vous le confesse, je retournais à mon véhicule et prenais soin de relever l’heure, 11h56, dans l’idée de vous écrire.

 

Alors justement, pourquoi je vous écris ?

Nullement pour que le personnel en place à cet instant soit réprimandé, raison pour laquelle je reste vague sur la date, mais plus pour vous informer que le système de "parking d’attente des produits en retards" peut parfois se transformer en "mise en quarantaine du client tombé dans l’oubli", et que cette triste expérience m’a fait prendre une décision simple et définitive que je vous livre :

Je continuerai à venir de temps à autre faire le plein de victuailles dans votre établissement, via le "drive", pour ripailler à mon domicile ; mais si d’aventure un article manquant conduisait votre employé(e) à me diriger vers la place maudite, cette invitation se verra poliment mais fermement déclinée.

Gageons que ma présence thrombus dans votre unique artère de circulation saura à la fois accélérer le mouvement et réduire à néant les chances que l’on m’oublie.

 

Cordialement,

 

 

 

*oui, car parallèlement à un envoi en courrier postal à votre adresse, cette lettre sera par ailleurs mise électroniquement à disposition de mon entourage, raison pour laquelle je m’adresse aussi à eux.






 

 

 

Publié dans Agacement léger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noum 24/09/2009 09:03



Y'a un endroit pour attendre au mc do ???!!!
Ma raison défaille ...comment est ce possible , toutes ces années d'ignorance crasse ...Et le jour où enfin jaillie la vérité  tant redoutée , j'apprends qu'il ne faut surtout, surtout pas
y'aller .
Et là je te pose LA question ....
Qu'est ce que çà peut bien nous foutre de savoir que VGE aurait où non pécho lady di ...nan mais sérieux qu'est ce que'on en a à foutre hein?
Allé des bisettes!



Folzebuth 24/09/2009 14:22



Pauv' VGE. Alors qu'il allait finir dignement (oui bon, car sans trop vouloir jouer les oiseaux de
mauvaise augure, il est quand même plus près de la fin que du début...), il se saborde lui même et fait marrer la france à ses dépends...


Difficile de savoir ce qu'un politique laissera comme marque dans l'histoire : Clinton un cigare,
Berlusconi des partouzes, VGE un roman à l'eau de rose



Stabbquadd 19/09/2009 08:10

Perso, je ne passe jamais par le drive, je me garderai donc bien de témoigner.En fait, je préfère me poser et manger chaud, quitte à attraper froid parce que j'ai passé une demi-heure sous la ventilation de la clim alors que, en plein canicule, je m'étais présenté en T-Shirt au restaurant. Et puis, de ce fait, si ma femme tombe sur un poil de cul dans sa salade, elle peut aller l'échanger immédiatement. De même si dans mon sandwich il manque la sauce ou quoi que ce soit d'autre. Oui, parce que je suis un râleur moi, un emmerdeur de première, et je trouve insupportable la simple idée de manger du McDo chez moi et de n'avoir personne auprès de qui me pleindre.Ha ha. Non mais. (par ces simples mots, il semblerait que j'estime que c'est un peu bien fait pour toi, mais il n'en est rien, non non non, quoique)

Folzebuth 19/09/2009 13:47



Tu ne passes pas par le drive parce qu'il n'y en a pas plus au Capitole qu'aux allées Roosevelt. Ah