Lemoine, chapitre IV

Publié le par Folzebuth

A force de s'emporter sur les mêmes thèmes encore et encore, au risque d'abrutir à force de matraquage la personne qui partage sa couche, en assénant encore et toujours lors de repas plus ou moins mondains la même litanie de ses agacements, on finit à un moment ou à un autre par être pris par une sorte de doute... Suis-je dans le vrai ? A force de ressasser sans cesse ces sempiternels sujets, ne me suis-je pas tout simplement voilé la face, ne me suis-je pétris moi-même de certitudes basés sur de simples emportements sans fondement ? N'ai-je pas fait entorse à l'objectivité la plus essentielle pour mieux servir ma rage et mon plaisir d'écrire des méchancetés sur les sujets générateurs d'ire ?
Après tout, Windows est peut-être le meilleur système d'exploitation au monde, d'une stabilité sans faille et d'une sécurité à toute épreuve... Anne Elisabeth Lemoine est sans doute digne d'un prix Pulitzer pour l'ensemble de sa carrière et Paolo Di Canio est un humaniste pénétré doublé d'un philosophe du cœur à côté duquel la toute récemment disparue Sœur Emmanuelle passait pour un nazillon sataniste aux pulsions génocidaires.
Fort heureusement, il n'en est rien... ouf !
Mon frangin m'a fait passer par e-mail un lien renvoyant vers l'excellent site @rrêt sur image, site reprenant le concept de l'émission qui fut regrettablement boutée hors du paf il y a quelques temps, se spécialisant dans le décorticage méticuleux de la télévision et de son contenu (ce qui lui a peut être valu cette exclusion) ; dans l'article en question, une vidéo... qui date du début d'année certes, mais quelle vidéo... !
Insérée ci-dessous, vous trouverez donc un exploit parmi ceux que je dénonce depuis pas mal de temps, une authentique performance d'Anne Elisabeth Lemoine, dont j'annonce solennellement ce jour qu'une rubrique lui est désormais dédiée, séquence qui prouve, s'il était utile de le faire, que cette jeune femme est une bourrique d'une incompétence journalistique rare. Dégustez amis lecteurs...




Pour faire de l'alarmisme, ou victime de sa propre envie de sensationnel, cette quiche qui doit sans doute se targuer d'avoir une carte professionnelle est proprement incapable de rapporter de manière fiable le contenu d'un article sérieux écrit par un vrai journaliste.

J'ai personnellement, tu t'en doutes, dégusté cette friandise comme du caviar sur canapé, et ne saurais résister à l'envie coupable d'assouvir le besoin irrépressible d'exulter d'un rauque et puissant : « Alors, vous voyez ? Je vous l'avais bien dit ! »

Folzebuth


Publié dans Lemoine

Commenter cet article

no 24/10/2008 20:24

en effet tu peux te targuer d'un geste citoyen, avoir alerté la population sur ce fléau tu assumes enfin ton attirance perverse pour la quiche ;-) en officialisant cette rubrique moi j'adore en tout cas quand tu lui rentres dedans

Folzebuth 28/10/2008 08:56



"Attirance perverse"... assez bien vu



Stabbquadd 23/10/2008 19:48

"Haaa, mais c'est pour ça alors que son livre est rose !" Anne Elisabeth Lemoine

Stabbquadd 23/10/2008 18:55

Arf, je la connaissais déjà celle-là. Non pas la quiche, la blague de la quiche. Je suis si déçu !Elle est en tournée en province ? Vers Toulouse, ça m'arrangerait.

Folzebuth 23/10/2008 19:29



Stabbquadd serait donc résident de la ville rose ?