De l'avis sur le métier d'autrui

Publié le par Folzebuth

Si je remonte dans le temps, je réalise que cela à commencé très tôt...

Déjà étudiant ou presque, j'avais été recruté dans un fast-food pour y gagner ma pitance, payer mes charges et financer en partie l'achat d'une moto. Le boulot n'est pas plus gratifiant que cela, en sortant le soir tu sens la frite et le gras, mais il rapporte un peu d'argent, c'est l'essentiel.
Une chose est sûre, c'est que j'ai eu droit à mon lot de commentaires indirects plus ou moins dédaigneux sur mon travail, car de part chez nous, si une enseigne comme celle du clown fait énormément de chiffre d'affaires, il demeure de bon ton d'en maudire l'existence dans notre terroir, tant le fer de lance des obèses impérialistes US est supposé faire tâche (de gras ?) dans notre nation de bonne chère et de vins fins.

 

 


J'ai été ensuite appelé sous les drapeaux, car faisant partie d'une génération ne pouvant s'y soustraire. Prenant la décision d'épouser la chose plutôt que d'y aller à reculons, j'incorporais le corps de la gendarmerie pour 10 mois, envisageant même un temps d'y faire carrière (idée que j'abandonnais plus tard pour des raisons que j'évoquerai peut-être un jour). Et ainsi pendant quelques mois ai-je pu découvrir ce métier et en pratiquer certains aspects ; et même en ayant abandonné l'idée d'y rester, je restai convaincu que l'expérience était enrichissante, ce qui est essentiel.
Une chose est sûre, c'est que j'ai eu droit à mon lot de commentaires indirects plus ou moins dédaigneux sur mon travail, car en France, si on devait classer les métiers par cote de popularité, le haut du classement serait occupé par le footballeur, l'acteur et le gynécologue obstétricien, le bas du tableau étant réservé au guichetier de la poste, au contrôleur du fisc, et à l'agent de la force publique.
« Oui je sais j'ai l'air un peu con... non mais l'uniforme y est pour beaucoup », disait une de mes idoles, ce qui illustre assez bien mon propos.

 

 


Plus tard, j'ai été embauché dans une agence de télémarketing où j'ai passé plusieurs années, passant d'un poste à un autre, gravissant les échelons et capitalisant un certain savoir faire qui aujourd'hui me sert encore. Le salaire était maigrelet mais l'acquisition de compétences réelle, et sur le moment, je me disais que c'était l'essentiel.
Une chose est sûre, c'est que j'ai eu droit à mon lot de commentaires indirects plus ou moins dédaigneux sur mon travail, car le télémarketing, ça n'a pas tellement bonne presse. Combien de personne ai-je écouté se vanter, hilares, qu'ils détestaient être démarchés à domicile par téléphone, et qu'ils n'hésitaient pas à raccrocher directement au nez de l'interlocuteur à peine présenté... élégant... Le faire n'est déjà pas très classe, je trouve ; m'en faire part tout en connaissant ma profession du moment est, reconnaissons le, assez indélicat.

 

 


Aujourd'hui, je bosse dans une entreprise de construction de maisons individuelles. J'ai pas mal de responsabilité, un salaire convenable et je m'enrichis (au sens culturel et professionnel) chaque jours au contact de corps de métiers divers et variés, en faisant profiter à mes interlocuteurs de mes compétences acquises et de mes ressources, un échange de bons procédés en somme avec en prime un bonne ambiance sur le lieu de travail, ce qui, au risque de me répéter, est essentiel.
Une chose est sûre, c'est que j'ai eu droit à mon lot de commentaires indirects plus ou moins dédaigneux sur mon travail, car, et c'est une découverte de ma part, l'univers du bâtiment se scinde en 2 catégories distinctes : celle noble, artisanale et digne d'admiration de la maison dite d'architecte, et celle industrielle, impersonnelle et sans goût du constructeur. Je n'y suis pas depuis longtemps et j'ai déjà 3 remarques acides stockées dans mon calepin à vacheries (métaphore), faites par des personnes de mon entourage qui-ne-pensaient-pas-à-mal.
« Maisons Merlin, cages à lapin » disait aussi mon idole quand j'y repense, ce qui résume assez bien une pensée collective et répandue.

 

Alors bon,

Arrivé à ce stade, je me pose sur mon derrière et je cogite
Tous les métiers sont-ils logés à la même enseigne ou ai-je le chic pour choisir ceux disposant d'une faible cote d'amour ?

  • Est-ce moi qui suis névrosé et susceptible au point de mémoriser de façon compulsive chaque remarque négative faite à l'encontre de mon métier de l'instant ?
  • Qu'en est-il de vous amis lecteurs ? Votre profession jouit-elle du regard bienveillant et approbateur de la foule anonyme ? Si oui, de quel métier s'agit-il saperlipopette ?
  • Si je dois me reconvertir une fois encore, quel carrière parmi la sélection ci-dessous me conseilleriez-vous d'embrasser dans les 10 prochaines années ?

Fourreur
Chercheur chez Monsanto
Agent d'Amy Winehouse
Critique ciné aux Inrocks
Témoin de Jéhovah
Radar automatique

 

Folzebuth

...et dire que j'ai failli être banquier (authentique) !


Publié dans Interrogation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas O-F 26/10/2008 20:43

Les gens aiment étaler leur "science" en t'écrasant. Ils te ressortent les dernières conneries entendues à la télé (émanant de personnes non-autorisées) pour te discréditer à peu de frais.Les clichés à deux balles, les "on dit" sont leur source principale de connaissance.Faut pas perdre de temps à discuter avec eux.Point.

Folzebuth 28/10/2008 09:02



Que les gens étalent leur savoir ne ma jamais choqué outre-mesure ; quand il s'agit en revanche d'en mettre plein la vue
pour briller ou pour renvoyer son interlocuteur à sa médiocrité supposée, c'est beaucoup plus détestable en effet.


Quand pour finir la seule source d'enrichissement personnel des donneurs de leçons est la télévision, il y a du soucis à
se faire pour eux.



Green 26/10/2008 00:16

tu devrais essayer huissier de justice...moi je suis serveuse l'été depuis 2 ans, et j'ai quelques anecdotes aussi,mais venant des clients....et le pire, ça a été quand une des mes amies et collègue a essayé de justifier le comportement méprisant des clients en disant que nous aussi on était plus polies et attentives si on connaissait le métier de la personne quel'on servait... ce qui n'est absolument pas mon cas, mais ça pose des questions quand même !

Folzebuth 28/10/2008 08:59



La différence entre huissier et serveur, c'est que le premier est détesté de part l'image de croque-mort des biens
matériels que l'on possède, l'autre souffre moins d'une image négative que de l'avis de tous qui vont lui expliquer comment faire son métier.



Xdc-S@nCh 16/10/2008 17:54

Le mien ?? ahahahah, je pense que j'exerce la seule profession ou le premier quidam se sent capable de t'expliquer comment faire, ou bien, où chercher (si, si). Non pas, qu'il sache, mais qu'il a lu/entendu/vu ou "on" (qui d'ailleurs est un con ;) ) lui à dit de faire comme ça.Alors au début ça amuse, on s'en amuse, ca use puis ca lasse...Non je ne suis pas garagiste.

Folzebuth 21/10/2008 16:39



Moi je sais ce qu'il fait comme métier
Xdc-S@nCh, ahah... D'ailleurs quand il veut je lui montre comment il faut bosser, et où chercher.    


:o))



Marie Poppins 05/10/2008 12:47

Oui, c'est vrai qu'on se sent souvent jugé sur son métier. On est catalogué dès les deux premières minutes, comme si on devenait une personne plus ou moins intéressante selon la réponse.  Une amie vient de lancer un blog sur ce thème : http://vousfaitesquoidanslavie.over-blog.com/Je le trouve sympa. Encore merci pour cette histoire et au plaisir de te lire !

Folzebuth 06/10/2008 20:08



D'ailleurs, la plupart du temps, quand je commence - à la demande - à expliquer ce que je fais, comme il se trouve que ce
n'est pas aussi aisément définissable que pompier ou boulanger, les gens décrochent assez vite.
Suis allé faire un tour sur vousfaitesquoidanslavie, en effet, c'est sympa.
Au plaisir. 



Stabbquadd 02/10/2008 19:31

Tout à fait. Mais je fais cependant une différence entre gendarme et militaire. L'un a un rôle intérieur, et sert, normalement, le citoyen. L'autre est plus utile à l'étranger, et, rarement, lors de catastrophe, devient utile à sa patrie d'origine. C'est ce que je voulais dire par militaire : ces gens qu'on envoie en balade pour montrer que dans notre pays on a aussi une grosse bite.Comme je ne voyais pas comment dire "l'autre partie de l'armée qui n'est pas la gendarmerie", même s'il y a certainement un terme approprié, je me suis contenté d'aller au plus simple, donc militaire. C'est pas comme si je soignais mes commentaires non plus !

Folzebuth 02/10/2008 20:16



Il m'étonnait aussi qu'une telle erreur vienne de chez vous. L'homme qui manie le zeugma de la sorte, et qui élève la
prose au rang de douceur dans un blog dont la richesse ne saurait être contestée, m'étonnait de se méprendre sur le corps d'appartenance de la maréchaussée en képi.
Pour ce qui est de l'allusion non feinte à une "grosse bite", menez vous une enquête sur ma vie privée via un détective ? (que mes lectrices les plus prudes pardonnent cet écart lamentable et
potache digne d'un collégien mal dégrossi).