Quand la musique tire la chasse

Publié le par Folzebuth

« …même dans les rangs des chasseurs,
qui dégomment la tourterelle,
et occasionnellement les beurs… »
Renaud

« Leïla, si tu savais les yeux qu'elle a
Quand elle voit s'approcher les chasseurs »
Cabrel

« Les chasseurs à l'affût te tireront dessus… »
G. Brassens

« Ce matin, un lapin, a tué un chasseur… »
C. Goya

« Le chasseur m’a taper ! »
Allain Bougrain-Dubourg

« Thierry le chasseur est comme tous les chasseurs, il est con...
...tent d'aller chasser,
Il aime les fleurs, connaît la forêt par coeur, il est con...
...centré sur son gibier »
Les Wriggles

Mais qu’ont-ils donc tous ? J’avoue être complètement perplexe devant la fronde générale dont les adeptes de cette discipline font l’objet. J’en parle d’autant plus librement que je n’en suis pas un, et que j’en compte assez peu dans mon entourage direct.
Je ne comprends pas ce qui pousse une partie significative de la population à décrier de façon aussi agressive cette discipline, cet art, ce « hobby », appelez ça comme vous voulez.

Parce ce que bon ; si on fait abstraction de la logique végétarienne qui ne concerne qu’une frange très réduite de la population, pour qui le fait de dégommer des bestioles afin de s’en repaître est contre nature, je ne vois pas ce qu’il a de choquant dans l’acte consistant à prendre un fusil, pour tuer du gibier et en faire le commerce ou le cuisiner.
Une fois encore j’insiste ; le clan des végétariens peut tout à fait clamer son indignation vis-à-vis de la chasse, rien ne me paraît plus logique dans la démarche ; « je ne mange pas de viande car les animaux me sont franchement sympathiques », rien de plus normal que de ne pas apprécier le fait qu’ils soient abattus.
En revanche, pour l’immense majorité de ceux qui consomme de la viande au quotidien, j’aimerais bien qu’ils m’expliquent en quoi la chasse leur pose un cas de conscience ? Du moment que l’espèce chassée n’est pas protégée car menacée d’extinction, je ne vois pas le problème. Parce que si c’est l’acte de tuer qui rebute, comment la viande se retrouve-t-elle sous film plastique en rayon au Super U du coin ? Les abattoirs tournent en France et ailleurs à plein régime, débitant du mammifère ou de la volaille d’élevage à une cadence qui force le respect, et dans l’ensemble on s’en fout un petit peu, c’est un métier comme un autre, les types bossent en blouse et cela ne se passe pas sous notre fenêtre. Le chasseur, lui, porte du kaki récupéré en surplus militaire, a un fusil à deux canons sur l’avant-bras en lieu et place de tenailles à électronarcose, et quand il tire son coup, ça s’entend de loin.
Vous entendez souvent parler de « ce gros con de pêcheur » ? Moi jamais. En quoi la pêche (en mer, en lac, en rivière, en baignoire, à la mouche, au harpon, à l’épuisette) serait-elle plus noble, moins critiquable ? L’image du pêcheur est associée à une communion avec la nature, le panier, une graminée coincée entre les dents, le ballon de Muscadet, la quiétude, du lyrisme en veux-tu en voilà… Le chasseur lui, est aviné, tatoué par la couperose, avec un chicot de brune sans filtre soudé aux commissures des lèvres ; il porte un couvre-chef régional traditionnel et grotesque, il est forcément raciste, sent la vinasse et tire sur tout ce qui bouge, bondit, vole, brame, grogne ou parle avec un accent pas d’ici.

Je ne comprends pas. La France entière se gave pendant les fêtes d’huîtres avalées vivantes, de foies engorgés de volailles gavées puis dépecées, voire de homards plongés encore gesticulants dans une eau qui bulle ; mais qu’un chasseur s’avise de passer dans le champ voisin un lendemain de fête pour tirer une poule faisane, et il est de suite catalogué dans cette reluisante catégorie qu’est celle des « gros con ». Il y a un truc qui m’échappe, si quelqu’un peut m’éclairer…

J’irais même plus loin dans le raisonnement. Si on exclut, j’insiste sur ce point, les espèces pour lesquelles la balance entre le renouvellement et l’abattage leur est défavorable, je ne vois pas en quoi le fait de porter de la fourrure est choquant. Quitte à zigouiller une bestiole pour sa viande, autant récupérer l’habillage fournit avec. Va expliquer aux populations vivant dans le grand froid que le synthétique, c’est magnifique. La cause étendard des anti-fourrures est le rejeton phoque, et l’accroche favorite, je cite : « Du sang sur la banquise ». Je trouve que cela résume assez bien le sujet : le bébé phoque est ardemment défendu car il a une trogne de peluche, et que le sang sur son pelage immaculé passe bien à l’image. Alors que le Boa de la Jamaïque, tout le monde s’en branle. Inoffensif au-delà du raisonnable, cet animal est en voie d’extinction et chassé malgré cela car éveillant une peur ancestrale chez les autochtones qui le massacrent, mais bon, ça reste un serpent, donc pas de quoi en faire un dessin animé pour les gosses ou faire sortir de l’ombre (où elle aurait dû rester) une actrice vieille peau imbécile et raciste.
Il paraît que suite au retour de la fourrure dans certains articles de mode, la S.P.A aurait tenté de faire campagne sur la région parisienne en affichant sur les bus ou des affiches grand format que la fourrure utilisée serait très souvent de la peau de chat ou de chien. Et après ? Il faudrait savoir ; c’est la fourrure en général qu’il ne faut pas porter, ou celle de chiens et chats ? Ça me gonfle pas mal : porter un blouson en cuir de vache passe inaperçu au possible, alors que porter de la fourrure de lapin est une ignominie, et porter un sac en peau de chat, c’est carrément une fatwa internationale qui t’est adressée. En ce qui me concerne, je me ferais bien des housses de siège en pit-bulls pour ma voiture, ne serait-ce que pour emmerder les fans de cette saloperie de clébard contre-nature.

Comprenons-nous bien, je suis opposé à la souffrance des animaux quand elle peut être évitée, je ne suis pas un farouche adepte de la tauromachie, à vrai dire je m'en cogne. Je dis simplement que d’un point de vue alimentaire l’homme est omnivore en général et carnivore en particulier. Partant de là, il n’y a pas d’état d’âme à avoir quand il s’agit de manger de la viande, que l’animal soit tué dans un environnement carrelé et aseptisé ou dans un sous-bois, le résultat est le même ! Pour son pelage, même raisonnement.


Pour finir sur de belles paroles :

« Moi je fais du 41 en bébé phoque si t'en trouves deux pareils, ça me fera des chaussons. On va pas se geler les arpions pour que ces deux connards qu'on connaît même pas glissent sur la banquise ! »

Folzebuth 

Publié dans Interrogation

Commenter cet article

muymuy 07/12/2009 16:52


a vrai dire, je pense que c'est l'utilisation abusive de l'arme à feu qui en fait un sujet de raillerie nationale. Peut-être font ils également l'objet d'une grande jalousie quant à leur vie saine
et heureuse entre nature, picole et barbaque loin du stress de la vie citadine ou pire, périurbaine.


Folzebuth 08/12/2009 22:44



Tu as peut-être raison. Cela dit, les flics US font un usage largement abusif de l'arme à feu, et
ils ne sont pas raillés ; pire, on fait des films en faisant l'éloge.



cazalis eric 07/05/2009 21:41

Je ne sais pas quelle règion tu habites, je ne sais pas si les chasseurs de ton coin son sympa, mais, chez moi, ce sont de vrai c*n. Il chasse les animaux pour s'amuser, les nourrise pour les voir proliférer et n'arrive plus à contrôler le taux de ces bestioles(quand c'est des sangliers bonjour l'état de tes champs), piétine eux-même tes récoltes quand le sanglier précedemment citer passe par celle-ci et, pour finir ne casse pas leur fusil quand il te croise.(Je ne dirai pas qu'il s'amuse a faire des battus autour d'une route,c'est a dire qu'il se mette face à face avec la route entre eux et tire à volonté. je ne dirai pas non plus qu'il est impossible de les attaquer en justice quand une balle perce ton pied après avoir traverser la portière de gauche et avant de traverser celle de droite parce que chez les chasseurs il y a:_un flic haut grader_un avocat connu(le plus souvent le seul à 100 KM à la ronde)_un gars qui sait cramer les granges comme si c'etait un accident_des chasseurs avec des fusils qui te perce la peau en te faisant des trou gros comme une balle de tennis.pour terminer je dirai que, le plus souvent, la peau animal provient de mammifères tués(ou pas) a cette unique fonction, et qui ce situe donc dans la tuerie animal injustifiées.

Folzebuth 08/05/2009 07:56



Ce n'est pas souvent que me remontent des commentaires sur des articles aussi anciens, c'est
chouette.
Tout d'abord, merci de votre visite. En guise de réponse, je dirais ceci : je crois sans peine qu'il existe dans la population des chasseurs des individus tels que vous les décrivez,
irrespectueux, avinés et manquants aux règles élémentaires de sécurité dans la manipulations qui fusils qu'ils trimballent
Cela étant, ce qui me chiffonne, c'est qu'une généralité soit faite et que tous soient assimilés à cet catégorie peu reluisante qu'est celle des "gros cons" par les artistes musicaux, les
humoristes et une immense majorité de la population. Quant à ma localisation, disons juste que de part chez moi, les quelques chasseurs pratiquants le font au gros sel sur du petit gibier tel
lapin ou palombe



marilalouse 06/04/2006 15:42

Helas la viande sous vide ne vient pas d'un petit poulet élevé en plein air ou d'une jolie vache qui mange les fleurs...
http://www.themeatrix.com/french/