Vol (aérien) et recel

Publié le par Folzebuth

Un matin tu te lèves à 5h15 pour embarquer 1h15 plus tard sur un vol interne, déplacement professionnel aux frais de ta boîte, les yeux ensablés, la langue et l’haleine en révolte, l’esprit toujours perdu dans un lointain far-west où il y a encore 5 minutes régnait la loi, ta loi, celle de ceux qui ne se laissent pas emmerder par les cons.
Tu t’habilles, rassembles tes affaires en maugréant contre la fatigue qui t’englue le cerveau, avales un café tiède (car cette saleté de micro-onde chauffe comme bon lui semble) et tu te rues dans l’escalier car le taxi commandé la veille risque de ne pas attendre.
Confortablement installé sur la banquette arrière du taxi, ton esprit navigue entre la quiétude d’un endormissement qui te guette, et cette rage par anticipation due au ton blasé que va employer inéluctablement ce chauffeur hirsute pour t’expliquer, une fois à bon port, qu’il ne prend pas la CB, considérant sans doute comme une évidence que tout se monde se promène en permanence avec une liasse de billet.
Tu payes la course, en liquide donc car désormais tu apprends à anticiper ce type de désagréments, tu sors de l’habitacle chauffé pour rentrer dans un autre beaucoup plus vaste mais tout aussi soporifiquement chaud, où les gens souriants sont alignés derrière des comptoirs pour te demander « couloir ou hublot ? ».
Une fois ta réservation enregistrée, c’est l’esprit serein que tu te diriges vers le portique de sécurité, que nous appellerons désormais le coin des receleurs.
Tu es serein parce que tu as oublié ; tu as oublié mais ça ne va pas durer, car tel un pneu absurde vers le hérisson naïf se rue vers toi l’incongruité d’une situation aussi déconcertante qu’imbécile.

C’est dans le coin des receleurs que le drame se joue. Innocent que tu es, tu déposes tranquillement les objets métalliques t’ornant sur le tapis glissant inexorablement vers le gouffre glouton aux rayons indiscrets, car tes breloques sont susceptibles de faire couiner le chambranle inquisiteur sous lequel tu dois parader.
Humiliation, incompréhension, agacement, fureur.
« Monsieur, vous pouvez ouvrir votre sacoche je vous prie ? ».
Si la formule est courtoise, le propos sonne comme un glas. Ne comprenant pas quelle peut être l’origine de la requête, le soin de faire bonne figure prend le dessus, et un acquiescement poli est bredouillé à l’encontre de la personne en uniforme te faisant face.
Merde ; ton couteau suisse.
Depuis des années il te suit partout, passant d’un short à un blouson, d’une boite à gant à, dernièrement, cette connerie de sacoche… Pas un instant tu n’as pensé à le laisser à domicile ; l’oubli con. Tu le portes sur toi comme on porte une ceinture sur un pantalon pourtant trop juste, comme on porte une gourmette ou des boucles d’oreilles, comme on porte du vernis aux orteils avec des chaussures fermées – ça n’est pas vraiment utile, mais c’est sur toi.
« Vous ne pouvez pas embarquer avec ceci monsieur », t’inflige-t-elle, avec dans le regard ce pétillement fébrile du pécheur dont le bouchon frétille.
- Je comprends, bien sûr », rétorques-tu, tout en pensant – merci du scoop dindon, tu as d’autres évidences à clamer fort et clair, ou bien c’est bon, tu t’es vidée ?
C’est alors que l’impensable se produit. Alors que tu envisages de t’enquérir auprès de cette personne d’une solution consistant à laisser en dépôt, quitte à payer pour, l’objet incriminé, celle-ci te demande de retourner déposer le multi lame helvète et encombrant dans ta voiture… Accroché désespérément à cette solution que serait une consigne, je l’informe que je ne suis pas venu en voiture mais en taxi (qui ne prend pas la carte bancaire).
Alors que tu te crois dans une impasse, sans nulle part ou aller, le sol se dérobe sous tes pieds quand la fonctionnaire te tend d’un geste ferme et décidé une poubelle de bureau en plastique gris. Ton esprit s’égare un court instant devant le côté inouï de cette situation : la solution d’Air France face aux objets non autorisés malencontreusement gardés sur soi, c’est la poubelle…

La poubelle…

Tu ne peux te résoudre à jeter l’objet. C’est un cadeau de tes parents, il y a plus de 15 ans. C’est plus qu’un vulgaire couteau multi fonctions, c’est un morceau de ta jeunesse, c’est l’intention qu’ont eu tes parents de te faire plaisir, c’est des souvenirs.
Comprenant au bout d’un moment que vos chemins se séparent inexorablement, et alors que rien n’aurait pu te laisser imaginer une chose pareille il y a encore quelques minutes, tu décides de l’offrir à cette personne, de lui en faire cadeau ; elle-même pourra alors en faire profiter à un de ses gosses… mais cette procédure n’est pas dans le manuel, et se voit donc proprement déclinée, nous ramenant une fois de plus sur la voie du plastique gris.

C’est sur un « ploc » lugubre et pathétique que ton couteau termine son existence en heurtant le fond idiot d’une poubelle, propriété d’une compagnie de merde ou d’un aéroport à la con…

Quand tu vas au bowling du coin, tu n’as pas le droit pratiquer l’activité chaussé de tes propres pompes : alors on te propose de les mettre de côté dans un casier surveillé pendant que tu pratiques.
Quand tu fais le grand huit dans un parc d’attraction, il est interdit de prendre avec soi tout sac ou appareil susceptible d’être échappé et donc de blesser autrui : alors on te propose de les mettre de côté dans un casier surveillé pendant que tu pratiques.
Quand tu prends l’avion avec Air France aujourd’hui, tout objet considéré, à juste titre ceci dit, comme dangereux et malheureusement par oubli gardé sur soi est jeté à la poubelle…

A la poubelle…

On a su construire le plus gros porteur aérien de l’histoire, les plus rapides aussi…
On a su construire des appareils capables de voir à travers les matières pour déceler le métal.
On a su construire des tapis roulants automatisés et des comptoirs bien alignés pour mettre des sourires derrière.
Mais en 2005 chez Air France/SkyTeam, la consigne pour un couteau suisse est en plastique gris.

Folzebuth 

Publié dans Colère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le G 03/07/2006 14:20

A l'évidence :1 - Les chauffeurs de taxi ne font que du "black" !2 - Les hôtesses d'aéroport n'ont pas d'enfants (normal, elles sont "de glace", ou de marbre, au choix)3 - Comme d'habitude, ""on"" prend des décisions dans l'urgence sans concertation ni analyse (la "connerie" étant la vertue la mieux partagée dans le monde).4 - Les marchands de plastique gris ont de l'avenir devant eux....