La quiche de la semaine

Publié le par Folzebuth

Bonjour,

Aujourd’hui, dans notre rubrique « La quiche de la semaine », rubrique créée pour l’occasion et n’ayant nullement vocation à perdurer, je vous présente :

Anne Elisabeth Lemoine.

lemoine.jpgJournaliste quelconque ayant papillonné de droite et de gauche à la radio sur Inter, RTL ou France Info, et sévissant également à la télé depuis 2006 dans 4 émissions sur 4 chaînes différentes, la plupart du temps comme co-animatrice ou chroniqueuse, cette charmante dame (ou demoiselle, on s’en fout) officie, c’est l’objet de ce billet, actuellement dans l’émission « l’Edition Spéciale », marquant la mi-journée en clair de Canal+ (encore).
Bon.
Sise à côté d’un Ariel Wizman dont on peine à croire, à en juger par la désinvolture et la puérilité, qu’il claque 45 balais, miss Lemoine prend la parole minutée qui lui est offerte pour soit, faire une intervention de 3 minutes sur une connerie trouvée sur le web, soit poser 1 ou 2 questions à l’invité sur le plateau (nous n'avons pas tous la même pénibilité au travail, pour en revenir à un sujet d'actu).

Et l’invitée de ce jour était Michèle Cotta, émérite journaliste française, faisant la tournée des émissions d’actu et autres talk-show pour la promotion de son ouvrage, « Carnet secret de la république » (titre régurgité de mémoire, donc avec un degré de fiabilité tout relatif), sorte de recueil volumineux dans lequel elle livre toutes ses notes rédigées au fil des ans, à la sauce journal intime, sur ce que son expérience de journaliste politique, ses analyses et son vécût lui ont livré.

Lemoine : « C’est comme un blog quoi ! »


cotta.jpgJe vous la fait rapide, toujours grâce à Wikipedia : Michèle Cotta est née en 1937.
Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques, Docteur en Sciences Politiques, Michèle Cotta a débuté sa carrière de journaliste à L'Express.
Elle a été nommée par François Mitterrand à la présidence de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, ensuite devenue la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) et finalement le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).
Elle fut présidente de Radio France, directrice de l'information à TF1 de 1987 à 1992 et directrice générale de France 2 de 1999 à 2002. Chroniqueuse politique au magazine Le Nouvel Économiste, elle est aussi l'auteur de nombreux essais politiques. Elle est actuellement enseignante à l'Ecole de journalisme de Sciences Po et Directrice Générale de JLA Groupe.

Et tout ce que cette truffe blonde de Lemoine trouve à dire pour justifier sa présence rémunérée comme chroniqueuse quotidienne à propos d’un livre dont elle ignore tout, c’est une allusion à ce phénomène culturel en vogue depuis quelques années consistant pour des particuliers à écrire n’importe quoi (comme ici) sur des pages internet devenues très accessibles dans leur conception et administration.
Notez que le présentateur de l’émission, Samuel Etienne, a eu comme première remarque à propos de l’ouvrage, je cite : « Il est lourd, il doit faire 1 kilo »…
Je me demande combien de temps durent les réunions préparatoires (s’il y en a) de cette émission ? Je me demande si la chronique de certains journalistes n’est pas griffonnée sommairement sur un carré de papier rose et ouaté lors d’un passage aux cabinets, l’inspiration guidée par ce qu’évoque le lieu en question où ils trônent.


Oui Anne Elisabeth, un livre, c’est comme un blog, mais avec du papier. C’est relié. On en trouve dans des boutiques spécialisées.

Dépitée, Michèle Cotta se sent obligée de répondre : « Oui, mais les blogs n’existait pas à l’époque. »

Et notre championne de rétorquer : « Ca existe aujourd’hui Nicole. ».
Dans le genre - je te prends pour une conne - on peut difficilement faire plus effronté.
Je vous laisse apprécier la vacuité définitive de cette dernière intervention, je cherche encore personnellement à savoir où elle voulait en venir…

Préposée initialement à la lecture des SMS de téléspectateurs dans l’émission de Fogiel sur M6, je me demande dans quelle mesure Anne Elisabeth Lemoine ne devrait pas se cantonner à ce type d’emploi, la pertinence et l’à propos de ses interventions flirtant copieusement avec le stupide, le ridicule et l’embarrassant.


La seconde fois que la bourrique prit la parole, une fois la dame au livre d’un kilo partie, ce fut pour se moquer généreusement d’un couple d’anonymes perdus en province, dont le principal hobby consiste à sur-décorer le domicile conjugal de lampions clignotants et autres luminaires de Noël, à l’occasion des fêtes de fin d’année… et de se s’acharner avec son comparse Wizman, à grand renfort de montage vidéo en boucle, à ridiculiser ces 2 petits vieux qui ne demandaient pas tant que l’élite journalistique du bon goût tendance made in Paris ne vienne s’intéresser à eux pour les moquer.


Pour ma part, il n’est pas exclu que je mette une guirlande lumineuse en façade de mon chez moi, juste histoire d’en voir le reflet dans les yeux de mes gosses. Et à tous ceux pour qui cela représente le sommet de la ringardise, A-E Lemoine en tête, je leur adresse une pensée amicale qui renvoie directement au titre de ce blog (qui ressemble à s’y méprendre à un livre, vous ne trouvez pas ?).


Je connaissais Jean-Luc Lemoine, humoriste talentueux et caustique, Annie Lemoine, journaliste, animatrice et romancière, dont le sérieux n’a d’égal que son sens de l’humour. Je connais désormais Anne Elisabeth Lemoine. Il apparaît que, au même titre que la filiation, le fait de porter le même nom qu’un autre n’est en aucun cas une garantie d’homogénéité dans le talent, la finesse et la compétence ; ce que nous savions déjà. Ce ne sont pas tous les Le Pen de France et les Di Canio d’Italie qui me contrediront.

Folzebuth  icon_metal.gif

Publié dans Lemoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cazalis+eric 05/06/2009 19:43

comme disait Brassens il est difficile de detroner le roi des con(ne)s. Et je précise que là il va y avoir du boulot.Ta quiche de la semaine risque bien de le rester pendant longtemps... voir plus

cazalis+eric 05/06/2009 19:40

comme disait Brassens il est difficile de detroner le roi des con(ne)s. Et je précise que là il va y avoir du boulot.Ta quiche de la semaine risque bien de le rester pendant longtemps... voir plus

Folzebuth 06/06/2009 15:22



Variante
Etre né sous l'signe de l'hexagone,
on peut pas dire qu'ça soit bandant.
Si l'roi des cons perdait son trône,
y'aurait cinquante millions de prétendants.

RS



no 13/12/2007 17:32

c'est le tout premier article que j'ai lu quand j'ai découvert ce blog et qui m'a convaincu de le visiter régulièrementje trouve que c'est bien écrit, percutant, en plus j'avais écouté une interview de Michèle Cotta peu de temps auparavant (euh aux grosses têtes j'avoue!) alors quand on pense à celle réalisée par AEL il y a de quoi faire une overdose de dinde! 

Folzebuth 18/12/2007 16:58

Merci pour les compliments.Ce blog a essentiellemen tpour objet d'évacuer tout ce qui m'agace, en y mettant les formes tout de même - j'économise en psy ainsi.Si mes bétises font sourire et/ou trouvent en echo favorable chez un lectorat de sensibilité similaire à la mienne, je n'en suis que d'autant réjoui.Quant à la dinde en question, je n'en ai pas fini avec elle... article en cours...Salutations.

San Defez 05/12/2007 15:58

Voila qui donne envie, soit de ne plus regarder la TV (ce que je fais depuis plus d'un an déjà...) ou de rentrer dans la TV pour la cogner... Choisi ton camp camarade !

Folzebuth 18/12/2007 16:59

Evidemment que tu ne regardes pas la télé, tu est étudiant ; tu as surement mieux à faire.Moi aussi, quand j'étais étudiant, je ne regardais pas la télé (bon OK, je n'en avais pas dans l'appart...).